5 personnes dans un bureau en train de travailler, dont 2 personnes se serrent la main au premier rang

Quel est le meilleur moment pour vendre une action ?

Nous allons voir dans l’article aujourd’hui quel est le meilleur moment pour vendre ses actions.

Le bon moment pour vendre va fortement dépendre du contexte financier, des actualités économiques et politiques, des variations du CAC 40 (pour les actions françaises) ou encore du type d’actions. 

Vous aurez dans cet article une liste d’événements, d’annonces ou de valeurs comptables à surveiller, qui vous mettront la puce à l’oreille pour savoir si vous devez vendre ou conserver vos actions.

Si vous vous posez la question de savoir quand est ce que c’est le meilleur moment pour acheter une action, je vous renvoie vers un autre de mes articles.

Bien sûr, vous pouvez très bien vendre qu’une partie de vos actions, si vous voulez engranger une belle plus-value et sécuriser vos gains, puis garder une certaine quantité de vos actions si jamais vous pensez que le cours de l’action va continuer à monter.

Par ailleurs, vous pouvez aussi placer un ordre à seuil ou à plage de déclenchement à la vente à un cours plus faible que le cours actuel. Ce type d’ordre vous permettra de vous garantir une certaine plus-value si jamais le cours de l’action retombe brutalement.

Vous pouvez retrouver la version vidéo de cet article de blog juste ici :

Si vous avez une action surévaluée avec un PER un peu trop élevé

Si vous remarquez qu’une action a un PER anormalement élevé, il peut être intéressant de se poser la question s’il faut vendre ou non.

Pour rappel, le PER peut se calculer en divisant le cours de l’action par le Bénéfice Net Par Action (BNPA) ou en divisant la capitalisation boursière par le résultat net. Cela dépend si vous prenez en compte une seule action ou toutes les actions en circulation. Finalement, vous aurez le même résultat !

Action à faible croissance

Pour une action à faible croissance, un PER supérieur à 15 sera considéré comme élevé et donc avec un cours de l’action surévalué. 

Action cyclique et pilier

Ensuite, pour une action cyclique, un PER au-dessus de 25 sera très élevé par rapport à ce type d’action. Ce PER élevé peut annoncer la fin d’un cycle haussier. Même si c’est toujours difficile à anticiper et à deviner la fin exacte du cycle, cet élément peut vous alerter.

Pour une action pilier, un PER de 25 ou plus peut traduire une surévaluation de l’action.

Action à forte croissance

Enfin, pour les actions à forte croissance, vous pouvez très bien ne jamais les vendre, car ces actions montent de façon exponentielle sur le long-terme.

Ces actions ont également un PER plus élevé que les autres actions, jusqu’à 40, voire 60 pour des actions très prisées. Toutefois, pour un PER supérieur à 70 ou plus, vous pouvez éventuellement vous séparer de vos actions, car elles auront tendance à être surévaluées. 

Consensus des analystes

Par ailleurs, après avoir regardé le PER, vous pouvez aussi vous baser sur le consensus des analystes professionnels et voir le potentiel sur 3 mois et leurs positions. Vous aurez en général 5 recommandations différentes : “Achat”, “Renforcer”, “Conserver”, “Alléger” et “Vendre”.

Vous pouvez trouver les positions de chaque analyste et à combien ils estiment l’action. Cependant, ça reste avant tout des humains et ils peuvent se tromper.

Néanmoins, cela peut être très intéressant de voir leurs positions et peut vous aider à mieux estimer le prix d’une action. 

BNPA négatif

De plus, vous pouvez vendre une action si vous remarquez que l’action a un Bénéfice Net Par Action (BNPA) négatif, ce qui implique que l’entreprise a un résultat net négatif. Par conséquent, vous possédez une partie de ce résultat net négatif soit un bénéfice net négatif pour chacune de vos actions. 

Si l’entreprise a une actualité peu avantageuse voire dérangeante à son sujet

Une entreprise peut annoncer plusieurs actualités qui peuvent être dérangeantes ou qui peuvent faire baisser le cours de l’action à court ou moyen terme. Je réserve un cas particulier qui est l’augmentation de capital en troisième partie de cet article. 

L’entreprise ne verse pas de dividendes

La première nouvelle qui peut vous donner l’envie de vendre est si une entreprise décide de ne pas verser de dividendes pour l’année en cours ou pour l’année suivante.

On l’oublie assez souvent, car la quasi-totalité des entreprises versent des dividendes, mais cela reste optionnel et une entreprise peut très bien décider d’arrêter de verser des dividendes d’une année à l’autre.

Vous pouvez aussi creuser la question et voir pourquoi l’entreprise décide de ne pas verser de dividendes. Est-ce que c’est pour racheter une autre entreprise ou est-ce parce que l’entreprise est en difficulté financière ? 

La société est endettée à plus de 110%

De plus, si vous voyez qu’une entreprise est endettée à plus de 110% pour aucune raison particulière ou encore qu’elle est déjà endettée depuis plusieurs années et que sa dette continue d’augmenter, cela peut devenir dangereux pour votre portefeuille de garder cette action.

Cela n’est pas si rare, j’ai déjà vu des entreprises endettées à plus de 200%, 500% et même une fois 2 000%. Même avant d’acheter de nouvelles actions, pensez à bien regarder le ratio de l’entreprise.

À mon sens, si ce ratio est trop élevé, cela peut être un critère éliminatoire pour ne pas investir dans cette entreprise.

5 personnes dans un bureau en train de travailler, dont 2 personnes se serrent la main au premier rang

L’évolution des bénéfices

Un autre élément important à prendre en compte est l’évolution du résultat net sur les trois dernières années. Si vous remarquez que le résultat net diminue fortement ou qu’il est divisé par 2, par 3 ou par 5 d’une année à l’autre ou qu’il devient même négatif, soyez vigilant.

Le cours d’une action a tendance à suivre l’évolution des bénéfices sur le long terme. Parfois, il peut arriver que le cours de l’action augmente fortement alors que les bénéfices baissent. Dans ce cas, une correction du cours de l’action arrivera forcément un jour ou l’autre.

Polémique

Enfin, ce qui est plus rare, mais peut arriver, si une entreprise se retrouve au cœur d’une polémique ou d’actualités que vous jugez contraire à votre éthique, vous pouvez songer à vendre les actions de cette entreprise, car le cours de l’action risque d’en pâtir.

Cependant, ce critère reste relativement subjectif et dépend fortement des valeurs et de l’éthique de chaque investisseur.

En effet, certaines actualités peuvent choquer certains investisseurs et en laisser d’autres totalement indifférents. Le but est de réussir à allier vos convictions personnelles à vos investissements. Pour cela, vous pouvez aussi comparer les perspectives de l’entreprise avec les vôtres.

Enfin, si un investissement ne vous rassure plus ou que vous pensez que l’entreprise risque d’avoir un avenir compliqué, songez à vendre au plus vite. Essayez de le faire si possible à un prix intéressant et qui est supérieur à votre prix d’achat, pour ne pas vendre sur une position perdante. 

Si l’entreprise annonce une augmentation de capital

Une entreprise peut avoir recours à une augmentation de capital si elle a besoin d’argent supplémentaire pour acquérir une autre entreprise comme dans le cadre d’une Offre Publique d’Achat (OPA) ou pour renforcer son développement interne.

Une entreprise initie cette opération pour demander à ses investisseurs actuels de racheter de nouvelles actions ou pour attirer de nouveaux investisseurs.

Baisse mécanique du cours de l’action

Par contre, vous vous en doutez, une augmentation de capital implique une augmentation du nombre d’actions donc cela entraînera forcément une baisse mécanique du cours de l’action, car il y aura alors plus d’offres qu’auparavant par rapport à la demande.

Il peut donc être intéressant de vendre si vous voulez sécuriser une plus-value avant l’opération. Mais parfois, si vous le souhaitez, il peut être intéressant de participer à l’opération et de renforcer votre participation dans l’entreprise.

Décote sur les nouvelles actions

Soit l’entreprise vous propose de les racheter au prix du marché ou à un prix inférieur au cours actuel de l’action avec une décote de 20 à 30%. Vous vous en doutez, il est beaucoup plus intéressant de participer à l’opération dans le second cas que dans le premier.

Si les actions sont proposées avec une décote, vous aurez dans ce cas des Droits Préférentiels de Souscription (DPS) à raison de 1 DPS par action. Ensuite, vous aurez une distribution d’actions nouvelles par rapport au nombre de DPS que vous possédez.

La dernière augmentation de capital qui remonte en date, au moment où j’écris cet article, est avec l’entreprise Veolia, qui a proposé d’acheter 4 nouvelles actions avec une décote de 19% pour 21 DPS.

Soit, vous aviez un multiple de 21 actions dans le cas de Veolia, ou vous pouvez acheter des DPS pour atteindre un multiple de 21 supérieur ou vous pouviez vendre vos DPS si vous n’êtes pas intéressés par l’opération.

La vente de vos DPS devra être effectuée avant une certaine date (qui vous sera communiquée à l’avance par l’entreprise), sinon ils seront perdus et vous ne pourrez rien en faire. Les DPS seront cotés à part et un code ISIN et mnémonique leur seront attribués pour l’occasion.

La “dipiresification”

Je voulais aussi vous avertir sur l’achat des grandes entreprises sur d’autres entreprises plus petites qui deviennent ensuite leurs filiales.

Parfois, cela peut s’avérer une réussite et être rentable pour l’entreprise et pour vous, mais la plupart du temps, les investisseurs se méfient des rachats d’autres entreprises et sont facilement sceptiques. Car cela peut engendrer un phénomène appelé “la dipiresification“, terme inventé par Peter Lynch qui est un célèbre investisseur en bourse.

Ce terme signifie qu’une grande entreprise achète des filiales qui sont peu ou pas rentables et qui n’ont aucun rapport avec leur secteur d’activité initial. Ces entreprises essayent de se diversifier, mais dans des domaines qu’elles ne maîtrisent absolument pas.

Par conséquent, elles empirent leur situation financière sur le court et moyen terme, en particulier leur endettement, qui peut s’envoler très rapidement.

Vous avez un doute ?

Pour finir, si jamais vous avez un doute et que vous vous demandez si vous allez garder telle ou telle action, vous pouvez vous demander pourquoi conservez-vous cette action. Si vous ne trouvez pas au moins 3 raisons qui vous donnent envie de la garder, vous pouvez songer à la vendre.

Vous pouvez aussi imaginer l’entreprise dans 10 ans, à quoi ressemblera-t-elle selon vous ? Si elle est toujours au même stade ou dans une situation moins avantageuse selon vous, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Ordres de vente en bourse

Imposition des plus-values

Concernant l’imposition appliquée sur vos plus-values, celle-ci dépendra de votre enveloppe fiscale.

  • Si vous investissez au sein d’un Compte-Titres Ordinaire (CTO), vous aurez 17,2% de prélèvements sociaux et 12,8% d’impôts sur le revenu à payer sur vos plus-values, soit un total de 30%.
  • Tandis que si vous investissez au sein d’un Plan d’Épargne en Actions (PEA), vous n’aurez que les 17,2% de prélèvements sociaux à payer et cela que lorsque vous sortirez l’argent de votre plan, c’est-à-dire au minimum après 5 années d’investissement.

Quand peut-on passer des ordres de vente ?

J’en avais déjà parlé dans un autre article sur mon blog, où j’explique les différents types d’ordres ainsi que les horaires d’ouverture de la bourse de Paris.

Vous pouvez retrouver cet article en cliquant juste ici.

Ne jamais vendre ses actions

Si vous êtes satisfaits à 100% de vos différentes actions et que les entreprises n’ont aucun signe mentionnés ci-dessus, vous pouvez très bien ne jamais vendre vos actions.

Dans ce cas-là, vous appliquez la stratégie de buy and hold qui signifie acheter et conserver sur le long terme.

En investissant dans des actions que vous jugez solides, et en les gardant longtemps, vous augmentez vos probabilités d’avoir un portefeuille rentable et qui augmente de façon exponentielle avec le temps, grâce aux intérêts composés.

J’espère que mon article vous aura aidé à y voir plus clair sur la vente potentielle de vos actions et sur le moment le plus opportun pour le faire. Je vous renvoie vers un autre article où je vous donne 4 critères importants à regarder avant de sélectionner une action.

Source des Images : Pexels

Je précise que je ne suis pas reconnu comme un professionnel par l’État ou un organisme financier public mais je suis simplement un particulier qui partage ses connaissances, ses erreurs et réflexions dans le but de vous aider.

Tout investissement comporte des risques donc n’investissez que ce que vous pouvez vous permettre de perdre. Lorsque vous décidez d’investir en ligne, il est important de bien se renseigner en amont et de croiser les sources.

Est-ce que cet article vous a été utile ?

N'hésitez pas à voter !

Note moyenne : 0 / 5. Compte des votes : 0

Pas encore de votes, soyez le premier à voter !

As you found this post useful...

Follow us on social media!

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

Pas de commentaires publiés pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires récents

Aucun commentaire à afficher.
Logo Gwenn Rohart se lancer en bourse

Salut à toi et bienvenue sur mon blog, je m'appelle Gwenn Rohart et je suis un investisseur particulier en bourse.

Lorsque j'ai voulu me lancer en bourse, j'ai eu beaucoup de difficultés et d'hésitation au début. Mais comme je savais que ça valait le coup, je me suis accroché et je me suis formé par moi-même.

J'ai créé ce blog pour vous aider à vous lancer en bourse à votre tour. J'espère que mon contenu vous plaira et vous sera utile. Si c'est le cas, j'aurais atteint mon objectif d'aider un maximum de débutants à commencer à investir en bourse !

Bouton de scroll pour remonter en haut de la page