Homme se tenant de bout en train de choisir parmi plusieurs vinyles rangés dans une étagère

4 critères importants à regarder avant de sélectionner une action

Dans cet article de blog, je vais vous dévoiler certains de mes critères pour sélectionner une action que je pourrais potentiellement acheter. Pour observer en détail les bilans comptables et les indicateurs importants des entreprises, vous trouverez aisément toutes ces informations sur Internet, notamment sur des sites spécialisés ou sur le site de votre broker.

Personnellement, j’utilise le site de Boursorama pour les actions françaises et européennes, car j’y trouve quasiment toutes les informations dont j’ai besoin pour sélectionner une action.

Cependant, pour la plupart des ETFs (Exchange Traded Funds) et actions américaines, il manque souvent d’informations et je dois approfondir mes recherches sur d’autres sites.

Juste avant de commencer, je vous invite à nous partager dans les commentaires de cet article vos critères de sélection s’ils sont différents des miens. C’est toujours bénéfique d’avoir d’autres points de vue et façons de procéder.

Critère n°1 : La distribution du dividende

Le premier critère important dont je voulais vous parler est la distribution d’un dividende par une société cotée en bourse. Le dividende représente une partie du bénéfice réalisée par une société qui est reversée directement à l’actionnaire.

La distribution d’un dividende peut être faite annuellement, semestriellement, trimestriellement ou mensuellement selon les entreprises. De plus, même si la plupart des entreprises en distribuent un, le dividende n’est pas une obligation et certaines entreprises peuvent très bien ne pas en verser du tout.

Il y a deux raisons à cela :

  • Soit l’entreprise préfère réinvestir tous ses bénéfices dans sa croissance interne et externe,
  • Soit elle n’a pas réalisé assez de bénéfices pour pouvoir distribuer un dividende.

Par exemple, lors de la crise boursière de 2020 qui a eu lieu suite au COVID-19, la quasi-totalité des entreprises se sont retrouvées en difficulté financière et n’ont pas pu distribuer de dividendes.

Cependant, certaines sociétés ont maintenu la distribution d’un dividende soit en prenant sur leurs réserves (autrement appelé les capitaux propres), soit en s’endettant auprès des banques.

Le payout ratio

C’est pour cela que je vous invite à regarder en plus du dividende, le payout ratio (en français, le ratio de distribution des dividendes) de l’entreprise. Cet indicateur vous donnera en pourcentage, la proportion des bénéfices distribuée aux actionnaires sous forme de dividendes.

À mon sens, je trouve qu’un payout ratio compris entre 40 et 70% est un ratio correct. En dessous de 40%, l’entreprise n’est pas très généreuse envers ses actionnaires et au-dessus de 70%, l’entreprise s’endette lourdement pour distribuer un dividende, ce qui peut menacer sa survie dans le futur.

Toutefois, cet indicateur est à relativiser, car pour les entreprises à forte croissance, c’est-à-dire des entreprises qui ont une forte expansion et qui ont un cours de l’action qui augmente de manière exponentielle, il est tout à fait normal d’avoir un payout ratio faible.

Ces entreprises réinvestissent la quasi-totalité de leurs bénéfices dans leur croissance. En contrepartie d’un dividende et d’un rendement faible (le rendement est calculé en divisant le dividende par le cours de l’action, le tout multiplié par 100), le cours de l’action peut faire x2, x3 voire plus sur une dizaine d’années.

Attention aux rendements trop importants !

À l’inverse, il existe des sociétés qui ont des payout ratio à plus de 100% et qui proposent des rendements beaucoup trop élevés. À mon sens, un rendement supérieur à 7% ou plus est exagéré et cela cache en général quelque chose de mauvais pour la société.

J’ai déjà vu à plusieurs reprises des entreprises proposer un rendement de 10% pendant plusieurs années, mais dans le même temps, le cours de l’action a été divisé par 3, et en plus de cela, elles sont fortement endettées.

En prenant un exemple concret, si on prend le cours d’une action qui est fixé à 50 € en 2012 avec un rendement de 10%, en tant qu’actionnaire, on obtiendra 5 € de dividende cette année-là.

Par contre, si le cours de l’action a chuté à 15 € en 2022, et qu’on a toujours un rendement de 10%, l’actionnaire ne touchera plus que 1,5 € de dividende.

Dans cet exemple, sur une période de 10 ans, l’actionnaire détient des actions qui valent trois fois moins et en plus il touche un dividende trois fois plus faible.

L’évolution du dividende

Ensuite, il est important de regarder attentivement l’évolution du dividende distribué par une société dans laquelle vous pensez investir. Si la société distribue des dividendes depuis 15 années consécutives et qu’en plus ce dividende est stable, ou encore mieux en hausse, alors vous avez déniché une super action.

Les actions aristocrates

Pour conclure sur les dividendes, sachez qu’il existe ce qu’on appelle des actions aristocrates. Les définitions varient selon les pays, mais aux États-Unis, il s’agit d’entreprises qui remplissent les critères suivants :

  • Une hausse annuelle et constante du dividende depuis au minimum 25 années,
  • Un volume d’échanges quotidiens d’au moins 5 millions de dollars,
  • Une capitalisation boursière supérieure ou égale à 3 milliards de dollars.

En France, les critères sont moins stricts et ce terme désigne des entreprises versant à leurs actionnaires un dividende croissant depuis 10 ans au minimum.

Critère n°2 : Le taux d’endettement

Maintenant, nous allons voir ce qu’est le taux d’endettement des entreprises. C’est un critère qui a aussi toute son importance et qui permet d’indiquer rapidement à l’investisseur si l’entreprise est en difficulté financière ou non.

Calcul du taux d’endettement

Pour obtenir le taux d’endettement, le calcul est le suivant :

((dettes nettes de l’entreprise) / (capitaux propres)) * 100

On divise tout simplement les dettes nettes de l’entreprise par les capitaux propres, le tout multiplié par 100 pour obtenir un pourcentage.

Dans l’idéal, le taux d’endettement d’une entreprise doit toujours être inférieur à 110%. Au-dessus, l’entreprise prend beaucoup de risques et ne pourra pas forcément rembourser tous ses créanciers.

Un taux d’endettement trop élevé

Ce taux d’endettement peut très vite dépasser les 200% si l’entreprise gère très mal ses ressources. Ainsi, l’entreprise en question augmente drastiquement ces chances de faire faillite dans les prochains mois ou années.

Personnellement, si le taux d’endettement est trop élevé, cela devient un critère éliminatoire et je passe mon chemin, même si l’entreprise est magnifique et que tous ses autres indicateurs sont au bon fixe.

Selon votre aversion au risque, vous pourrez très bien décider d’investir dans une entreprise, même si son taux d’endettement est élevé. C’est à vous de voir ! En ce qui me concerne, je préfère prendre moins de risque, quitte à gagner un peu moins d’argent.

Cependant, j’ai déjà investi dans une entreprise ayant un taux d’endettement à 170%, et cela, pour une raison bien particulière. Je savais que ce taux d’endettement n’était pas dû à une difficulté financière, mais à une OPA (Offre Publique d’Achat) qu’elle était en train de réaliser.

Donc en sachant cela et en voyant également que les années précédentes, le taux d’endettement de cette entreprise n’excédait pas 110%, j’ai décidé de devenir actionnaire de cette entreprise.

Un taux d’endettement trop faible

À l’inverse, si le taux d’endettement est trop faible, et qu’il est inférieur à 30%, cela reste toujours mieux qu’une entreprise surendettée, mais avec un endettement aussi faible, l’entreprise ne fait pas circuler assez de liquidités et limite ainsi son développement interne et externe.

Avec un taux d’endettement optimal, l’entreprise pourra lever plus de fonds et ainsi accélérer son développement, délivrer plus de valeurs à ses clients et le cours de l’action augmentera automatiquement. Disons que c’est gagnant-gagnant-gagnant, à la fois pour l’entreprise, pour les clients et pour les actionnaires de l’entreprise.

Homme se tenant de bout en train de choisir parmi plusieurs vinyles rangés dans une étagère

Critère n°3 : Les bénéfices

Les bénéfices ou le résultat net, sont comme vous vous en doutez, très important pour la survie d’une entreprise. Si une entreprise ne réalise pas de bénéfices, alors elle est condamnée à faire faillite ou sinon il s’agit d’une association à but non lucratif.

À ne pas confondre avec le chiffre d’affaires

Attention, il ne faut pas confondre les bénéfices et le chiffre d’affaires. Pour rappel, le chiffre d’affaires est le total de l’argent gagné par une entreprise tandis que le bénéfice est ce que conserve l’entreprise après avoir enlevé le coût de fabrication du produit et les impôts.

Le chiffres d’affaires ne peut donc jamais être négatif et est dans le pire des cas nul. Par contre, le bénéfice peut être négatif si l’entreprise vend à perte ses produits et services. On dit que l’entreprise est en déficit.

La stabilité des bénéfices

Par contre, il est important de regarder l’évolution du chiffre d’affaires sur plusieurs années pour voir si l’entreprise a des revenus stables et récurrents.

Il est préférable selon moi, qu’une entreprise gagne un peu moins d’argent chaque année mais que son chiffre d’affaire soit stable, plutôt qu’il passe du simple au double (et inversement) d’une année à l’autre.

Il en va de même pour les bénéfices. Il faut absolument que les bénéfices de l’entreprise soient positifs et qu’ils évoluent à la hausse au fil des ans. En outre, les bénéfices sont un excellent indicateur de la croissance d’une entreprise et permettent de mesurer facilement la valeur qu’elle délivre à ses clients.

Décalage entre le cours de l’action et les bénéfices de l’entreprise

Sachez également que le cours de l’action est toujours lié aux bénéfices. Parfois, il faut plusieurs semaines, mois, voire années avant que le cours de l’action soit en phase avec les bénéfices, mais cela finit constamment par arriver.

Donc si vous voyez par exemple une entreprise qui réalise une augmentation de ses bénéfices de +20% sur un an, et que le cours de l’action ne bouge pas, voire baisse légèrement, alors il y a de fortes chances pour que le cours de l’action soit fortement dévalué.

Il peut donc être intéressant de se positionner à ce moment-là et d’acheter des actions de cette entreprise. Par contre, après vous devrez réussir à être suffisamment patient pour que les résultats paient et que vous en retiriez une plus-value intéressante.

La marge opérationnelle

Vous pouvez également consulter la marge opérationnelle d’une entreprise. Cette marge, exprimée en pourcentage, permet de savoir le pourcentage des ventes qui est converti en richesse et donc de déterminer la performance économique d’une entreprise. Plus la marge est importante, mieux c’est pour l’entreprise.

Si par exemple, pour la fabrication d’un produit, une entreprise dépense 1 €, mais qu’elle le vend 2 €, alors sa marge opérationnelle sera de 50%.

Calcul : ((2-1)/2) * 100 = 50%

Si l’entreprise arrive à baisser le coût de fabrication du produit à 0,50 € et qu’elle le vend à 2 €, alors cette fois-ci sa marge opérationnelle sera de 75%.

Calcul : ((2-0.5)/2)*100 = 75%

Comprendre dans quoi vous investissez

Ensuite, un autre aspect obligatoire à vérifier avant d’investir dans quoi que ce soit : vous devez toujours comprendre à quoi votre argent va servir et dans quoi il va être investi.

Si une entreprise est géniale sur tous les plans, mais que vous ne comprenez pas ce qu’elle fait, n’investissez pas dedans, car vous ne saurez pas réagir en cas d’actualités à son sujet ou de krach boursier.

Idéalement, plus le secteur d’activité est simple à comprendre mieux c’est. De plus, comme a dit un jour Warren Buffett :

“J’essaie d’acheter les actions d’entreprises si merveilleuses qu’un idiot pourrait les gérer. Parce que tôt ou tard, cela arrivera.”

Warren Buffett

Vos valeurs et celles de l’entreprise

Enfin, une fois que vous avez bien compris les activités de l’entreprise et sa façon de faire, vous devez vous assurer que les perspectives de l’entreprise et ses valeurs soient en accord avec les vôtres.

L’éthique dépend de chaque investisseur. Par exemple, certains voudront investir uniquement dans des entreprises écologiques. Tandis que d’autres ne souhaiteront pas investir dans des entreprises qui sont dans le domaine de l’armement.

Donc c’est à vous de définir et de bien connaître vos valeurs. Du moment que vos investissements sont en accord avec votre façon de penser, et qu’en investissant votre argent dans cette entreprise, vous pensez que cela changera le monde en bien, alors vous avez tout gagné !

Critère n°4 : Le cours de l’action

Actions à forte croissance

Le dernier critère important à regarder attentivement, c’est l’évolution du cours de l’action au fil des années. Un cours de l’action qui est assez stable dans le temps et qui augmente de façon exponentielle représente la meilleure courbe que vous puissiez trouver.

Il s’agit généralement d’actions à forte croissance (dont on avait déjà parlé dans le critère n°1). Ce sont les actions qui se paient le plus cher, car ce sont celles que les investisseurs recherchent le plus.

Les splits d’actions

De plus, ces entreprises mettent en place régulièrement des splits d’actions, c’est-à-dire que si vous avez un split de 2 pour 1 et que vous détenez 10 actions de l’entreprise, alors vous allez en recevoir 10 supplémentaires. Vos actions verront leur cours être divisé par 2, mais comme vous en aurez deux fois plus, cela vous reviendra au même.

Cette méthode de split permet de conserver un cours d’action abordable pour la plupart des investisseurs, c’est-à-dire ne dépassant pas quelques centaines d’euros au maximum. En effet, sans cela, vous aurez beaucoup d’actions valant plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Dans ce cas, les investisseurs particuliers auraient beaucoup de mal à devenir actionnaire de ces entreprises. Ils ne pourraient détenir que des parties d’actions.

Actions à forte décroissance

À l’inverse, vous avez également des actions avec un cours qui diminue de façon exponentielle au fil du temps. Ce sont des entreprises étant autrefois à la mode, mais dont plus personne n’a envie d’investir dedans aujourd’hui.

Ces entreprises n’ont pas réussi à s’adapter aux envies de leurs clients et se sont fait dépasser par leurs concurrents. Elles sont souvent plus très loin de la faillite et ont peu de chances de continuer à fonctionner.

Certaines d’entre elles arrivent parfois à remonter la pente, mais cela reste tout de même assez rare. Pour y arriver, ces entreprises doivent avoir un taux d’endettement pas trop élevé et avoir une stratégie solide pour rebondir.

Vous l’aurez compris, le but est de repérer les entreprises avec les meilleures croissances, et si possible essayer de les découvrir avant tout le monde, pour profiter au maximum de l’évolution exponentielle du cours de ces actions.

Suivre l’évolution de vos actions

Par ailleurs, en investissant dans différentes actions, vous devrez vous assurer régulièrement que les entreprises dans lesquelles vous investissez sont toujours solides et qu’elles continuent à s’étendre géographiquement et qu’elles proposent de plus en plus de services à leurs clients.

Ainsi, si vous voyez qu’une entreprise commence à régresser, vous pourrez vendre vos actions avant que cela soit trop tard et que votre investissement soit réduit à néant.

Le risque de faire faillite

Malgré tout, je vous rassure, ce type d’entreprises ayant un cours diminuant de façon exponentielle reste assez rare. En général, plus une entreprise a une capitalisation boursière élevée, moins elle a de chances de faire faillite.

Car si une entreprise embauche plus de 150 000 personnes dans le monde, si elle venait à faire faillite, les États où l’entreprise en question crée des emplois essaieront de l’aider à survivre pour préserver tous ces emplois.

Néanmoins, gardez-en tête qu’il y a tout de même un risque non négligeable que l’entreprise fasse faillite et qu’une minorité d’entreprises arrivent à exister plusieurs dizaines d’années.

J’espère que cet article vous aura plu et vous aura été utile. Si vous avez des questions sur l’article, n’hésitez pas à les poser en commentaires, c’est fait pour ça ! Enfin, vous pouvez consulter un autre article où je vous explique comment investir dans des fractions d’actions.

Source des Images : Pexels

Je précise que je ne suis pas reconnu comme un professionnel par l’État ou un organisme financier public mais je suis simplement un particulier qui partage ses connaissances, ses erreurs et réflexions dans le but de vous aider.

Tout investissement comporte des risques donc n’investissez que ce que vous pouvez vous permettre de perdre. Lorsque vous décidez d’investir en ligne, il est important de bien se renseigner en amont et de croiser les sources.

Est-ce que cet article vous a été utile ?

N'hésitez pas à voter !

Note moyenne : 0 / 5. Compte des votes : 0

Pas encore de votes, soyez le premier à voter !

As you found this post useful...

Follow us on social media!

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

Pas de commentaires publiés pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires récents

Aucun commentaire à afficher.
Logo Gwenn Rohart se lancer en bourse

Salut à toi et bienvenue sur mon blog, je m'appelle Gwenn Rohart et je suis un investisseur particulier en bourse.

Lorsque j'ai voulu me lancer en bourse, j'ai eu beaucoup de difficultés et d'hésitation au début. Mais comme je savais que ça valait le coup, je me suis accroché et je me suis formé par moi-même.

J'ai créé ce blog pour vous aider à vous lancer en bourse à votre tour. J'espère que mon contenu vous plaira et vous sera utile. Si c'est le cas, j'aurais atteint mon objectif d'aider un maximum de débutants à commencer à investir en bourse !

Bouton de scroll pour remonter en haut de la page